La Fin du monde ou la fin de l’amour? Errance, solitude et Révélation

A partir de l’étude de The Road, I am Legend (récits et adaptations cinématographiques) et 28 Days Later, nous proposons une lecture herméneutique de la poétique des fictions (post-)apocalyptiques. Réécritures de structures anthropologiques et de mythèmes, questionnement ontologique et sociétal sur le devenir de la communauté humaine: la spatialisation (post-)apocalyptique peut se lire comme une géographie intérieure de la psyché post-moderne.

Document non disponible

 

 Bretagne mai 2015 451Photographie personnelle

 



Citer ce billet
Morgane Leray (2015, 13 juin). La Fin du monde ou la fin de l’amour? Errance, solitude et Révélation. L’imaginaire de la fin. Consulté le 17 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/q3bj

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.