Tous les articles par Morgane Leray

Docteur ès Lettres (XIXe, fin-de-siècle, imaginaire de la décadence et de l'apocalypse, Antiquité-XXIe siècle) Chercheuse associée, enseignante

La Fin du monde ou la fin de l’amour? Errance, solitude et Révélation

A partir de l’étude de The Road, I am Legend (récits et adaptations cinématographiques) et 28 Days Later, nous proposons une lecture herméneutique de la poétique des fictions (post-)apocalyptiques. Réécritures de structures anthropologiques et de mythèmes, questionnement ontologique et sociétal sur le devenir de la communauté humaine: la spatialisation (post-)apocalyptique peut se lire comme une géographie intérieure de la psyché post-moderne.

Errance, solitude et revelation_Morgane Leray

 

 Bretagne mai 2015 451Photographie personnelle

 

Communautés pré- et post-apocalyptiques chez Michel Houellebecq

La crise (voir le cataclysme) éco-sociétale, le darwinisme social, le désir comme liaison et déliaison des invididus, la nostalgie de l’androgyne et le post-humain dans La Possibilité d’une île

Visions de communautés en devenir_MLERAY (colloque de Birkbeck University, Londres, 2011)

 

Bretagne Noël 2014 375b

Photographie personnelle

Paysages post-apocalyptiques: errance et écopoétique d’une crise ontologique

Cette analyse sémiotique et poétique de la nature, personnage à part entière des fictions post-apocalyptiques, met en lumière les archétypes des paysages (composition, chromatisme, mythèmes) de The Road, La Possibilité d’une île (romans et adaptations cinématographiques) et The Walking Dead (BD et série).

Paysages post-apocalyptiques_MorganeLeray (colloque  de Sorèze, Toulouse II-Le Mirail, 2013)

Bretagne mai 2015 563photographie personnelle